Articles Films/Séries

Mes films préférés de Natalie Portman

Je ne vais pas vous mentir, faire cette liste a été très difficile pour moi car Natalie Portman, en plus d’avoir une filmographie complète, est l’une de mes actrices préférées. Elle est actrice depuis son plus jeune âge et a su montrer au public sa légitimité dans le milieu. Elle n’est pas seulement magnifique, mais également talentueuse ! 

Black Swan (2010), le rôle de Nina

Réalisé par Darren Aronofsky, le film ne déroge pas à la règle que semble s’être fixé le réalisateur : il est difficile de le comprendre dès le premier visionnage. Dans ce film, Natalie Portman tient le rôle principal à la perfection. Jeune danseuse du ballet de New York, Nina vie dans l’ombre de sa mère ce qui la rend discrète et la place à l’écart du monde. Un jour que l’opéra monte une nouvelle version du lac des cygnes après avoir congédié leur danseuse étoile vedette, Nina se sent pousser des ailes (mdr) et postule pour le premier rôle : Odette. 

L’histoire du lac des cygnes a été reprise un nombre incalculable de fois mais l’interprétation du réalisateur et la transposition de l’histoire de nos jours est magnifique. En plus de cela, la mise en abîme du ballet rend le film majestueux. Dans ce monde d’apparence dans lequel on vous juge, dans lequel on vous regarde ; les locaux sont remplis de miroirs dans les loges et les salles de répétition (…) le désarroi de Nina n’est pourtant pas centré sur une banale histoire d’amour tragique, si ce n’est sur son amour propre. C’est une schizophrénie sanglante dont souffre le personnage de Natalie Portman  et elle rend hommage au travail d’écriture et de mise en scène. 

Jackie (2016), le rôle de Jackie Kennedy

Film réalisé par Pablo Larrain, ce biopic met en lumière non pas la célèbre histoire de John Fitzgerald Kennedy, 35ème président des USA mais bien la première dame – on notera donc l’intelligence de nommer le film uniquement par son prénom. En effet, l’œuvre met en lumière Jackie Kennedy, admirée de tous pour son élégance, sa culture, son sens de la mode – pour ce que l’on considère important pour une femme – mais qui face au meurtre de son époux se retrouve à devoir affronter un deuil prématuré en même temps qu’un tapage médiatique. Finalement, Natalie Portman incarne une femme, une épouse lambda, pas nécessairement une Kennedy.

V pour Vandetta (2006), le rôle de Evey

Un rôle plus que poignant pour lequel l’actrice est allée jusqu’à sacrifier ses cheveux. Mais ça va évidemment bien au-delà de ça. Il s’agit de la représentation du fameux syndrome de Stockholm, observé chez des otages ayant vécu un certain temps avec leur geôlier, le tout dans un univers dystopique mettant en scène une société corrompue. A dire vrai, l’enlèvement de Evey par un homme masqué fait presque moins peur. C’est la toute la complexité de ce film qui nous place du côté de la victime du syndrome de Stockholm à travers Natalie Portman et nous emmène dans les tréfonds d’enjeux politiques désastreux. 

Deux sœurs pour un Roi (2008), le rôle de Anne Boleyn

En plein dans l’histoire de l’Angleterre, ce rôle de Natalie Portman est vraiment d’une grande puissance. Elle y joue Anne Boleyn, envoyée auprès du détestable roi Henri VIII pour devenir sa maîtresse officielle ; la reine ne parvenant pas à lui donner d’enfant, il pense forcément que c’est de la faute de cette dernière… Bref, la jeune bourgeoise anglaise est envoyée en “mission diplomatique” mais le fait d’être traitée en objet semble inscrit profondément en elle et ne la contrarie pas plus que ça. Malheureusement, c’est finalement de sa jeune sœur (Scarlett Johanson) dont le roi s’éprend. Anne dévoile alors un caractère à priori repoussant, jalouse, manipulatrice. Mais son amour pourtant sincère envers sa sœur  et le jeu de Natalie Portman font qu’on ne parvient pas à la détester vraiment. Et puis, au-delà de ça, les costumes sont absolument magnifiques ET il est intéressant de voir une représentation du règne d’Henri VIII à travers les yeux de deux jeunes femmes. 

Star Wars (1999-2005), le rôle de Padmé Amidala

Je l’admets, ce n’est absolument pas objectif mais laissez-moi vous expliquer… Ce rôle qu’elle a obtenu très jeune est loin d’être sa meilleure interprétation. Pourtant, c’est en incarnant les traits de la sénatrice de Naboo que Natalie Portman a bercé mon enfance. Et rien que pour ça, je place Padmé dans mes rôles préférés. 

Elle fait partis d’un univers qui a et continue encore à marquer les esprits. Je ne pense pas que tous les films Star Wars se valent, ils ne sont pas tous réussis d’un point de vue cinématographique. Pourtant, enlevez-en un et cette magie intergénérationnelle disparaît. C’est mon avis, et je sais qu’il est contesté par les “purs fans” de la saga. Je tiens à rappeler que La guerre des étoiles de 1977 n’a jamais eu la prétention de devenir un chef d’oeuvre. Initialement, on est juste face à un film familial alors soyons moins exigeants et enjoy c’est clair ?

Bon il en manque plein, mais sa filmographie est trop grande et j’aime son jeu alors… Il est très difficile de faire des choix. Parce que oui, même dans No string attached, je prends du plaisir à la voir à l’écran.

On se retrouve très vite dans un futur article 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *